Reportage

 

Emmanuelle Lethon

 

Ostéopathe

animalière



 

Bonjour Emmanuelle,

 

Tu es ostéopathe animalière sur la région d’Angers et tu as gentiment accepté de nous parler de ton métier !

 

Bonjour Franck ! C’est avec grand plaisir que je répondrais à tes questions concernant ma passion, mon métier… l’ostéopathie animale.

 

Alors Emmanuelle, peux tu nous dire ce qui t'a donné envie de choisir cette voie, plutôt qu’une autre ?

 

D' aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été passionnée des animaux, voir obnubilée. Plus un espace sur les murs de ma chambre étant petite, tellement elle était remplie de posters d’animaux en tout genre !

A vrai dire ça a toujours été une évidence pour moi de me diriger dans ce milieu et comme j’ai toujours eu à cœur de m’occuper de nos amis à quatre pattes, les soigner était ma grande préoccupation. Instinctivement je faisais des massages aux chiens, aux chevaux que je croisais, comme si j’avais la sensation de les soulager. Quand j’ai su que l’ostéopathie pour les animaux existait ce n’était plus une option pour moi d’y parvenir, j’avais l’opportunité de soigner… avec mes mains ! Avec le recul, en y réfléchissant bien, rien n’arrive au hasard, tout m’a toujours mené à cette profession.

 

En quoi consiste exactement le métier d’ostéopathe animalier ?

 

Le métier d’ostéopathe animalier consiste à apporter un bien être à l’animal, d’évacuer maux et tensions. Mon but, c’est de soulager l’animal avec comme seul outil… mes mains !

Le soulager, sur un plan physique en premier lieu, mais également physiologique et émotionnel. Grâce à des manipulations précises, on va alors lever les dysfonctions installées chez l’animal qui l’empêche d’évoluer convenablement, on va agir sur sa locomotion, sa digestion, sur son anxiété par exemple. L’avantage certain de cette technique c’est qu’elle présente un aspect curatif (va résoudre les dysfonctions installées) et surtout préventif (permets d’enrayer les phénomènes de compensation et donc d’empêcher d’autres dysfonctions de se mettre en place). 

Le résultat attendu c’est d’avoir un animal bien dans sa tête et bien dans ses pattes !

 

ostheopathe animalier emmanuelle lethon
emmanuelle lethon osteopathe animalier
Emmanuelle lethon osteopathe animalier

Quel est ton parcours ?

 

A l’époque, pour espérer devenir ostéopathe animalier, il fallait passer par les études vétérinaires, j’ai donc entamé, après la seconde générale au lycée, un BAC Scientifique, mais comme je n’aimais pas beaucoup les maths… ça n’était pas gagné ! J’ai donc bifurqué sur un BAC STAV (Sciences et Technologies de l’Agronomie et du Vivant) en production animale, avant de partir durant une année passer un diplôme en tourisme équestre et valider les capacités équestres professionnelles 1 et 2. J’ai ensuite fait une formation au sein de l’Institut de Formation en Soins animaliers afin de devenir auxiliaire vétérinaire, durant ces études qui ont durées deux ans, j’ai travaillé dans plusieurs cliniques vétérinaires, dont une plus spécifiquement, et le destin est bien fait car le vétérinaire, gérant de cette clinique, faisait de l’ostéopathie appliquée aux animaux et m’a littéralement redonné goût et motivation en cette profession qui m’animait tant, c’était semblable à de l’admiration, alors en plus d’acquérir des connaissances médicales plus approfondies et accroître encore un peu plus ma passion de toujours, soigner les animaux, j’avais l’objectif certain, qu’un jour je serais ostéopathe !

 

A l’issu de cette formation, lors de l’obtention de mon diplôme, j’ai été embauché par l’un de mes maîtres de stage au sein d’un centre de dressage animalier toutes espèces pour le cinéma, la publicité, l‘événementiel (y compris des espèces sauvages comme le renard, le blaireau,  des cervidés ou bien des panthères, des buses de Harris, des hiboux Grand Duc….) J’y ai appris beaucoup en terme de diversité d’espèces et donc d’éthologie (étude du comportement de l’animal) et ai pris beaucoup de plaisir dans la prise en charge de la nurserie, qui consistait à s’occuper et soigner les tous jeunes animaux. J’avais envers et contre tout, toujours en tête l’ostéopathie animale et j’ai donc suivie une formation en énergétique dans le Sud, premier grand pas vers la concrétisation de ma vocation, qui m’a confortée et encrée dans les thérapies manuelles.

 

Pour finir je suis revenue dans la région d’Angers et j’ai été embauchée dans une grande clinique vétérinaire de référés à mi-temps, ce qui m’a permis de suivre ma formation en ostéopathie fonctionnelle en même temps. Après avoir validé mon diplôme en ostéopathie, j’ai quitté la clinique vétérinaire où je travaillais et je me suis mis à mon compte. J’ai créé « Animanuel-Thérapie », je vis enfin de ma vocation de toujours et je continue encore et toujours à affiner mon toucher et mes techniques dans différentes formations car l’avantage avec ce métier c’est qu’on a jamais fini d’en apprendre et plus on en sait, plus on veut en savoir !

 

dressage animalier emmanuelle lethon
dressage animalier emmanuelle lethon

Quelles sont pour toi, les qualités nécessaires pour exercer cette profession ?

 

Patience, c’est le maître mot à mon sens lorsque l’on désire travailler au contact des animaux.

L’équilibre, avec les animaux il faut parfois savoir agir vite mais jamais dans la précipitation. C’est toute la difficulté des professions animalières. En tant qu’ostéopathe, je prends toujours le temps de faire les choses, en parlant à l’animal et en ayant des gestes rassurants, pour pouvoir observer un maximum de résultat sur la séance mise en place, on doit faire preuve de douceur… sans se laisser marcher dessus pour autant !  

La rigueur, l’ostéopathie c’est de la précision et rien n’est laissé au hasard ! Il faut être concentré et avoir des bases solides en anatomie, c’est aussi faire une analyse précise de la locomotion, des mécanismes de compensations et de la mise en place des différents troubles observés pour les lever au mieux dans l’intérêt de l’animal.

L’humilité, travailler avec le vivant n’implique pas d’imposer sa supériorité. J’ai constaté de nombreuses fois, que le fait de pouvoir exercer un métier au contact de l’animal faisait perdre la tête à certain, l’objectif n’est plus pour l’animal mais pour redorer son égo. Autant que faire ce peu, il faut se focaliser sur l’animal et son mal-être, au fond c’est le but de cette profession et c’est pourquoi cela me semble essentiel.Le respect, cela va de pair avec l’humilité, plus qu’une qualité, pour moi c’est une valeur que l’ostéopathe se doit d’incarner. Respecter l’animal c’est la base de ce travail, si il n’y a pas de respect, comment peut il y avoir une action bénéfique ou positive sur le bien être de l’animal ?

L’amour des animaux, l’amour du vivant, sans ça, ça ne pourra pas fonctionner ! Cette profession, c’est une passion. L’objectif premier c’est la volonté de voir l’animal se sentir mieux à mon sens, et c’est ça la véritable récompense.

L’empathie et la sensibilité, c’est un aspect très important de ce métier. Afin de travailler dans la subtilité et dans l’intérêt de l’animal, il faut pouvoir « se mettre à sa place » et le comprendre.

 

ostheopathe animalier emmanuelle lethon

Peux tu nous décrire le déroulement d’une de tes journées ?

 

Le déroulement d’une journée en tant qu’ostéopathe animalier est assez aléatoire en fonction de la demande.

Il y a plusieurs paramètres à prendre en compte,

Le nombre de consultations dans une journée peut fortement varier, lorsque j’ai plusieurs demandes, je dois m’organiser en fonction de la route à faire et surtout du temps que chacun va me prendre.

En règle générale je m’arrange pour prendre le temps avec les nouveaux clients, afin de faire le tour de l’animal au mieux et ôter le plus de dysfonctions possibles pour avoir une action large et sensiblement bénéfique auprès de l’animal.

En ostéopathie fonctionnelle la consultation commence par l’observation dynamique de l’animal, je le regarde marcher et étudie sa biomécanique afin de trouver les dysfonctions visibles, par la suite je débute le plus souvent par une détente au niveau abdominal afin d’agir sur le viscéral. Je passe ensuite au membre thoraciques (antérieurs) et pelviens (postérieurs), puis je m’occupe du vertébral. J’effectue un stretching à chaque fin de séance afin de permettre la reprise d’une bonne proprioception de l’animal. Je le refais marcher en fin de séance afin de m’assurer de la bonne mise en place des corrections effectuées.

Lors d’une séance en énergétique, je rentre en communication avec l’animal, déverrouille les points dits « verrous » et agis avec une technique empreinte de la médecine chinoise « l’harmonisation énergétique cranio sacrée ».

J’adapte ma séance en fonction de l’âge, de la race et de l’individu qui m’est présenté.

Les journées sont souvent fatigantes d’un point de vue « énergie » mais également par le rythme imposé par la prestation à domicile, qui oblige à faire beaucoup de kilomètres, ma mobilité s’étendant partout en Pays de la Loire (parfois même au-delà) cela fait un sacré périmètre ! Je passe donc  beaucoup de temps sur les routes. En bref, il faut aussi aimer conduire !

Il faut également savoir passer d’une espèce à une autre avec aisance, le cheval et le chien par exemple, ont un comportement très différent et une façon d’appréhender les choses complétement antagoniste, les gestes, l’énergie, la position que l’on prend n’est pas du tout perçu de la même manière de l’un à l’autre. Il faut malgré tout, toujours agir avec patience et douceur. On ne peut pas éliminer de tension dans le désordre et la violence.

Pour résumé, les journées sont loin d’être ennuyantes et lorsqu’ elles se terminent, il ne me reste plus qu’à rédiger les comptes rendus de mes consultations !

 

ostheopathe animaliere emmanuelle lethon

Quels conseils donnerais tu aux jeunes qui voudraient devenir ostéopathe animalier ?

 

Toujours agir dans l’humilité et la bonne intention, quand on a la volonté profonde de faire le bien, on le propage forcément !

Mais le meilleur des conseils que je pourrais donner c’est : Persévérer ! « Quand on veut, on peut ! » Lorsqu’on est passionné et qu’on se donne les moyens, tous les chemins mènent à Rome. J’en suis la preuve vivante !

 


Aurais tu des adresses à communiquer à nos internautes, concernant les écoles et centre de formations à contacter ?

 

Concernant les écoles, il est important d’aller voir sur place et de bien étudier les programmes et surtout de bien savoir ce que l’on veut et ce que l’on ne veut pas. Il y a des écoles accessibles aux vétérinaires / Ostéopathes / Kiné de formation et d’autres privées, accessibles à tous mais onéreuses ! Je vous laisse le nom de quelques écoles connues mais c’est à vous de voir les techniques qui vous intéressent.

-         ENSOA

-         IFOREC

-         ESOA

-         IFOA

-         ESAO

 

osteopathe animalier canin equin

Le portrait chinois

d'Emmanuelle

Si tu étais un animal, lequel choisirais tu ?

Le chat 

Une citation ou un proverbe

L’être humain perd la santé pour accumuler de l’argent, ensuite il perd de l’argent pour retrouver la santé et à penser anxieusement au futur, il oublie le présent, de telle sorte qu’il finit par ne vivre ni le présent, ni le futur. Il vit comme si il n’allait jamais mourir et meurt comme si il n’avait jamais vécu (Dalaï Lama)

Une association de protection animale

Akita-Home

Un site internet en rapport avec les animaux

wamiz

Un animal fantastique ou disparu

Un dragon

Une espèce à protéger

Le tigre

Une émission TV consacré aux animaux

Reportages scientifiques

Une région du monde

La Thaïlande

Un animal célèbre (film, roman ou actualité)

Hachiko

Un souhait pour la planète

Que chacun puisse vivre sa vie et vivre ses rêves. Que règne en chacun de nous, sincérité, paix, Amour et Partage.

emmanuelle lethon

Et bien, merci Emmanuelle, pour ce superbe témoignage sur le métier d'ostéopathe animalier et pour tous ces renseignements ! je pense que tu auras fait naître aujourd'hui, quelques belles vocations au travers de ta passion. J'invite, quand à moi tous nos internautes à visiter ton site sur :

 

http://www.animanuel-therapie.com/ , ainsi que ta page facebook en suivant ce lien

 

Pour l'heure, je vous retrouve très prochainement dans une nouvelle interview de "Mon métier avec les animaux" et vous souhaite un agréable moment sur Diconimoz !

Franck BADET

pour Diconimoz