LES INSECTES ET ARACHNIDES


INSECTS AND ARACHNIDS

RECHERCHER SUR DICONIMOZ


Les articles de blog sur les insectes

Comment éradiquer les chenilles processionnaires et protéger vos compagnons à quatre pattes ?

comment eradiquer chenille processionnaire supprimer lutter pin
(Source inra)

Extrêmement dangereuses pour les animaux de compagnie, mais également pour l'homme, les chenilles processionnaires, qui sont les larves du papillon (Thaumetopoea pityocampa), sont parfaitement reconnaissables aux cocons blanchâtres qu'elles laissent sur les pins. Aujourd'hui, Diconimoz fait la lumière sur cet insecte ravageur peu apprécié, et vous donne toutes les clefs, pour le combattre.

 

Nommée ainsi à cause  de son mode de déplacement en file indienne, la processionnaire du pin est un lépidoptère de la famille des notodontidés (papillons de nuits), et est très répandue en Europe. Plus connu sous sa forme larvaire extrêmement dévastatrice, la processionnaire du pin envahit chaque année les conifères en se nourrissant de ses aiguilles, occasionnant ainsi un important affaiblissement de l'arbre et permettant par la même, le développement d'autres parasites. Hautement urticante à cause de la toxicité de ses poils, la processionnaire du pin, reconnaissable à son corps velu marron orangé et noir, ne doit pas être manipulé sans protection, et devra demander une attention toute particulière  à l'approche de son nid, qui, même vide, restera urticant. Prenez donc soin, de vous protéger, les mains, le corps et le visage, avant toutes interventions. Pour cela, préférez des vêtements à manches longues, une bonne paire de gants et un masque , le must restant la combinaison avec capuche.

cocon chenille processionnaire pin danger
(Source académie du chien)
papillon processionnaire pin insectes ravageurs
Processionnaire du pin à l'état de papillon (Photo Philippe Mothiron)

Attention donc à vos animaux domestiques ! Chaque année, nos compagnons à quatre pattes et notamment les chiens sont victimes de la chenille processionnaire. Touchés très souvent à la langue, après avoir ingéré celles-ci, nombre de chiens contractent une nécrose qui leur est fatale. Chez les humains, la précaution est  de mise également. Même proche et sans les toucher, leurs poils portés par le vent, peuvent vous atteindre. Vous pourriez voir apparaître alors, sur vos bras, vos jambes ou votre visage, des plaques rouges urticantes ou pire encore, être victime de troubles respiratoires, d'un choc anaphylactique ou d'un œdème de Quincke. 

nécrose de la langue processionnaire du pin
Nécrose de la langue (Source Nature Paul Keirn)
Urticaire provoqué par les poils de la chenille processionnaire du pin
Urticaire provoqué par les poils de la chenille processionnaire du pin (Source cap service)

Pour se débarrasser des chenilles processionnaires, commencer, si cela vous est possible, par la prévention ! C'est certainement le moyen le moins compliqué et le plus efficace, de ne pas être embêté. Pour cela, installez des nichoirs à proximité de vos arbres. Les mésanges, notamment, seraient un excellent prédateur des chenilles. Les chauves souris également, mais plus compliqué à attirer. Ensuite, certaines essences d'arbres joueraient un rôle répulsif, c'est le cas notamment du boulot, mais là encore, faut il en posséder. Ensuite, si les cocons sont déjà présents, il va falloir agir autrement ! Si le cocon est naissant, et qu'il y en a peu, vous pourrez ainsi le décrocher, en prenant toutes les précautions nécessaires et le brûler. Mais, c'est quand il devient conséquent, que cela se complique ! Pour y remédier, plusieurs solutions et nous ne parlerons ici que des alternatives biologiques, bien évidemment. La première méthode est un traitement à base de bactospéine (bacillus thuringiensis), qui est un insecticide bio que vous pouvez d'ailleurs utilisé également pour la pyrale du buis et qui va être appliqué sous forme de pulvérisation pour attaquer le système digestif de la chenille. Cette technique demandant toutefois beaucoup de rigueur, puisqu'il faudra veiller à bien englober tout le cocon et faire relativement attention aux conditions climatiques, en évitant les jours de grands vents, de pluies ou de forts ensoleillements. De même, il faudra être attentif sur la date de péremption du produit dont la conservation n'est pas très longue. 

processionnaire du pin file indienne
(Photo Jean Pierre Moussus)

Vient alors, cette autre solution, qu'est le piège à phéromones ! En effet, grâce à ce dispositif, la processionnaire du pin, à l'état de papillon adulte ou de chenille, est attirée par des phéromones synthétiques. Le papillon se dirige alors dans une sorte d'entonnoir, ou la chenille, dans un sac et se retrouve piégé pour finir asphyxiés. Là encore, attention à la saisonnalité, et préférez une action dès la fin mai et jusqu'au mois de septembre pour piéger un maximum d'insectes. Mais ne vous y trompez pas, la chenille processionnaire est du genre plutôt coriace, et peut revenir d'années en années. Alors surtout, restez sur vos gardes et ouvrez l’œil !

piege papillon chenille processionnaire
(Piège à l'état de papillons)
piege chenilles processionnaires pin
(Piège à l'état de chenille)

Pourquoi les abeilles, sont elles essentielles au maintien de la vie sur terre ?

abeilles extinction fin monde humanite vie survie

Que deviendrait l'humanité, si les abeilles étaient amenées à disparaître ?

 

C'est certainement la question qu'il faut, se poser, face au constat alarmant de ces dernières années !

Si tout le monde connait l' abeille pour ses capacités à produire du miel, de la gelée royale ou du propolis, beaucoup  moins de personnes sont conscientes  du fléau qui pèse sur elle, à l'heure ou nous parlons. En effet depuis plusieurs années, les abeilles se font rares et leur disparition est plus qu'inquiétante ! Aux Etats unis, endroit du monde le plus touché par le déclin, 42% de la population des abeilles a disparu en moins d'un an, en France, ce serait près de 30% d'abeilles en moins durant la période de 1995 à 2015. 10 000 tonnes de miel recueilli en 2015, contre 30 000 en 1995. Si l'on dénombre dans le monde,  pas moins de 20 000 espèces d'abeilles, nombres d'entre elles sont déjà en déclin ! Pour la seule Europe, c'est 150 espèces qui sont amenées à disparaître, si l'on ne fait rien. Les chiffres sont absolument éloquents ! Mais alors, d'ou vient cette extinction massive ?

 

En cause, de nombreux facteurs, presque tous humains, ou dans tous les cas, liés à l'activité humaine. L'un des plus connus d'entre eux, étant certainement l'utilisation intensive de produits chimiques et de pesticides dont les fameux néonicotinoïdes, molécules élaborées dans les années 1980 et qui agissent directement sur le système nerveux des insectes ravageurs, donc de fait,  des abeilles. S'ajoute à cela, la monoculture, raréfiant certains végétaux et limitant la biodiversité, donc la pollinisation, le réchauffement climatique, la présence du frelon asiatique, espèce invasive dans de plus en plus de région du monde, les parasites et virus en tout genre, mais également la pollution magnétique, et on le sait moins, le déplacement des ruches par certains apiculteurs, affaiblissant ainsi les essaims à force de voyages.

 

Se pose alors cette autre question : que deviendra l'homme, si toutes les abeilles disparaissent ? 

Et bien la réponse n'est pas des plus optimiste ! Car sans abeilles, plus de pollinisations et sans pollinisations, plus de biodiversités, plus de fleurs, plus de fruits, plus de légumes et à plus grande échéance, une fracture de la chaîne alimentaire, provoquant à terme, la disparition de l'homme ! Albert Einstein, disait lui même, que l'homme ne pourrait survivre plus de 4 ans, après l'extinction des abeilles qui assurent 80% de la reproduction végétale mondiale.

 

Alors, y' a t'il des solutions ? La réponse est Oui ! 

En maintenant la biodiversité, grâce à des cultures réfléchies et diverses sans utilisation de pesticides, par la banalisation de l'agriculture bio, et de la permaculture, mais aussi en développant l'apiculture, grâce à de plus en  plus de particuliers qui se lancent chaque année dans l'aventure avec passion. Et puis bien sur, en continuant tous les combats pour interdire l'utilisation et surtout la vente des produits phytosanitaires qui font tant de mal aux cultures et enfin en limitant la propagation d'espèces végétales toxiques, tel que certains tilleuls argentés, qui butinés par les abeilles leur assurent une mort certaine. N'oublions pas non plus, le travail acharné des nombreuses ONG qui militent en ce sens et de notre devoir citoyens à respecter la nature qui nous entoure.

 

Texte : Franck BADET

 

ruche abeille miel cire essaim miel pollen pollinisation

L'été est là et les petites bêtes envahissent votre jardin !

Amis ou ennemis, apprenez à les  reconnaître grâce à votre dictionnaire des animaux !

photo insectes fiche jardin animaux parasite

La fiche du jour : la cétoine dorée

cetoine doree

Egalement appelé hanneton des roses, en raison de son intérêt pour ces fleurs, la cétoine dorée, est un insecte de la famille des scarabéidés. Très répandue en France et généralement en Europe, la cétoine dorée que l'on identifie facilement à sa couleur vert irisé et à ses petites marbrures dorées horizontales, est un coléoptère qui affectionne particulièrement le soleil. Fréquentant les roseraies, mais également, les troènes, les spirées ou encore les sureaux, la cétoine dorée, dont la larve est assez semblable à celle du hanneton, se rencontre d'avril à octobre et ne dépassent guère les 20 mm.

 

NOM : Cétoine dorée (Cetonia aurata)

 

CLASSE : Insectes

 

ORDRE : Coléoptères

 

FAMILLE : Scarabéidés

 

TAILLE : 13 à 20 mm

 

POIDS : quelques grammes

 

DUREE DE VIE : une saison

 

REPARTITION :  Europe centrale et méridionale.

 

HABITAT : Jardins, haies, lisières de forêts.

 

ALIMENTATION : Roses, pivoines, troènes, sureau, spirées...

 

REPRODUCTION : Après être restée 3 ans dans le sol, la larve éclot au printemps.

 

PREDATEURS : Oiseaux...

 

La fiche du jour : le lucane cerf-volant

Appartenant à la famille des lucanidés, le lucane cerf-volant appelé ainsi en raison de ses mandibules imposantes, faisant référence aux grands cervidés, est un insecte assez commun, dans de nombreuses régions françaises. Fréquentant les forêts de feuillus, ou il affectionne les chênes et les châtaigniers, le lucane cerf-volant dont le mâle se différencie aisément de la femelle grâce à ses attributs, est un insecte territorial, qui n'hésitera pas à provoquer en duel, les autres mâles, dans de formidables joutes. Se nourrissant de bois morts et possédant une larve semblable à celle des hannetons, le lucane cerf- volant se rencontre de Mai à Août et ne vit pas plus de quelques mois.

 

NOM : Lucane cerf-volant (Lucanus cervus)

 

CLASSE : Insectes

 

ORDRE : Coléoptères

 

FAMILLE : Lucanidés

 

TAILLE : 2 à 8 cm

 

POIDS : Quelques grammes

 

DUREE DE VIE : 3 à 4 mois

 

REPARTITION : Europe

 

HABITAT : Forêts de feuillus, jardins, bosquets....

 

ALIMENTATION : Bois morts...

 

REPRODUCTION : La larve du lucane cerf-volant qui prend 3 à 5 ans avant de se développer et qui est déposée au pied d'un arbre, se métamorphose à l'automne et apparaît au printemps.

 

PREDATEURS : Faucons, autres rapaces, corvidés...

 

La fiche du jour : le gendarme

gendarme insecte

Le gendarme, appelé également soldat ou pyrrhocore est un insecte de la même famille que la punaise. Extrêmement répandu dans toute l'Europe, le gendarme, dont la carapace  rouge et noir fait penser à un masque africain,  se rencontre souvent en groupes de plusieurs dizaines d'individus. Très utile dans le jardin, pour chasser les parasites  et contribuer à la décomposition des végétaux, le gendarme est un insecte polyphage, piqueur et suceur qui préférera, les fleurs de mauves, les hibiscus ou les tilleuls. 

 

NOM : Gendarme (Pyrrhocoris apterus)

 

CLASSE : Insectes

 

ORDRE : Hémiptères

 

FAMILLE : Pyrrocoridés

 

TAILLE : 10 mm

 

POIDS : moins de 1 g

 

DUREE DE VIE : 1 saison

 

REPARTITION : Europe

 

HABITAT : Jardins 

 

ALIMENTATION : Polyphage : malvacées, roses trémières, tilleuls, hibiscus...

 

REPRODUCTION : La femelle pond de 50 à 70 oeufs et les dépose au printemps dans de petits terriers avant qu'ils n’éclosent au mois de Mai.

 

PREDATEURS : Oiseaux, guêpesfrelons....

La fiche du jour : la pièride du chou

fiche animaux pieride du chou
(Photo Franck Badet)

Très représenté en France, mais également dans le reste de l'Europe, comme en Afrique du Nord, la piéride du chou est un lépidoptère bien connu des jardiniers. Insecte ravageur sous sa forme de chenille, la piéride du chou dont l'espèce est constitué de  2 à 3 générations selon le climat, est un papillon relativement courant. Caractérisé par des ailes blanches à jaunâtres terminées par de larges tâches noires, la pièride du chou, dont la femelle est plus ponctuée que le mâle, reste assez bien représentée malgré l'usage des pesticides. Préférant les crucifères, telle que la moutarde sauvage, la pièride se nourrit bien entendu, de chou, d'ou son nom.

 

NOM : Piéride du Chou (Pieris brassicae)

 

CLASSE : Insectes

 

ORDRE : Lépidotpères

 

FAMILLE : Piéridés

 

TAILLE : 10 à 45 mm d'envergure.

 

POIDS : environ 1 g

 

DUREE DE VIE : Quelques semaines

 

REPARTITION : Europe, Afrique du Nord

 

HABITAT : Jardins, champs...

 

PLANTES HOTES : Chou, crucifères...

 

CYCLE DE VIE D'UN PAPILLON : Le papillon pond des oeufs d'ou sortent les larves appelées chenilles. La chenille mue et secrète une soie pour formée une chrysalide d'ou sortira le papillon adulte.

La photo insolite du jour : mantes religieuses par Hasan Baglar.

photo animaux insolite mante religieuse
(Photo Hasan Baglar)

La fiche du jour : la sauterelle de Bosc

fiche animaux sauterelle de bosc
(Photo Franck Badet)

La sauterelle de Bosc, appelée également leptophye ou encore sauterelle ponctuée est un orthoptère, au même titre que le criquet ou le grillon. Assez reconnaissable, avec son corps  vert, ponctuée de points bruns, et ses ailes  toutes petites, la sauterelle de bosc est également doté de très longues antennes. Se différenciant de la femelle, le mâle possède une bande marron sur le dos, assez caractéristique. Bien plus petite que la sauterelle verte, la sauterelle de Bosc a la particularité d'être herbivore, contrairement à bon nombre de sauterelles.

 

NOM : Sauterelle de Bosc ou sauterelle ponctuée ou leptophye (leptophyes punctatissima)

 

CLASSE : Insectes

 

ORDRE : Orthoptère

 

FAMILLE : Tettigoniidés

 

TAILLE : 9 à 18 mm

 

POIDS : 1 g

 

DUREE DE VIE : 6 mois

 

REPARTITION : Europe

 

HABITAT : Buissons, orties, jardins, lisières de forêts...

 

ALIMENTATION : Herbivore : Feuilles de rosiers,framboisiers, pissenlits, trèfles...

 

REPRODUCTION : Les adultes arrivent à leurs maturités sexuelles en juillet-Aout et la femelle dépose ses oeufs sous l' écorce d'un arbre.

 

PREDATEURS : Essentiellement les oiseaux.

 

Les petites bêtes de nos jardins !

L'été arrive à grands pas, et déjà pointe dans nos jardins, une multitude de petits habitants, parfois amusant, parfois très bruyant, voir même inquiétant ! L'occasion pour diconimoz de détailler certains d'entre eux, en  vous aidant à les identifier rapidement.

 

 

Cliquer sur l'image correspondante et accéder directement à la fiche de l'insecte concerné!

La langue du caméleon

Le doryphore

Cliquer sur l'image pour accéder à la fiche du doryphore.